Le Temps des médias n° 3 Public, cher inconnu!

novembre 2004
ISBN : 9782847360851
288 pages

25,00

L’objectif du Temps des Médias 3 n’est pas de faire le tour des définitions de la notion – aléatoire – du public, mais plutôt de proposer différentes approches des questions qui se posent.

Description

La notion de public est à la fois familière, immédiate, mais aussi aléatoire et instable. Après tant d’années de recherche, nous n’en savons encore guère sur les publics; nous nageons dans les conjectures, nous traquons les définitions, les traces. Lui redonner l’épaisseur de la chronologie, retrouver les étapes de sa mise en scène, le prendre en quelque sorte par l’histoire, c’est s’interroger sur les « fables » qui le constituent, sur les injonctions qu’il produit en nombre. C’est tenter d’appréhender ces mille voix par lesquelles le public, les publics parlent, tant et si haut, de ce qu’il veut, ou ne veut pas, de ce qu’il fait, de ce qui est bon ou mauvais, pour lui, de ce qu’il aime…

D’emblée, la notion de public est interrogée sur sa validité. Dès les premières recherches (dans les années 1930 pour les médias de masse) se pose la question de sa constitution comme collectif. Le public a-t-il affaire avec la chose politique ? Fait-il corps et peut-on lui supposer une communion, même minimale, de vues, de réactions, ou n’est-il que le produit imaginé d’une activité concomitante mais non commune ? La deuxième hypothèse n’a pas mené loin, mais pose explicitement la question de ce qui fait collectif dans une audience, et, plus complexe encore, des méthodes, des outils à forger pour l’appréhender. La première a nourri inquiétudes et mythologies. Comme la foule, le public peut paraître doté d’une force qui dépasse, menace, contrarie les pouvoirs, force que l’on peut dompter, mais alors au prix d’un travail énorme, de chaque instant. Muriel Favre en fait la démonstration avec les cérémonies du régime nazi.

Une fois la notion admise, on tombe dans le labyrinthe de ses définitions, dans la profusion de ses discours (Jérôme Bourdon). Le public est à la fois le résultat du travail des professionnels, une activité qui s’inscrit au milieu de mille autres, une représentation d’un collectif par lui-même, le résultat du travail des chercheurs et des historiens, un objet à mesurer, à vendre, à faire parler… Et puis la représentation du public, quelles que soient les multiples formes qu’elles revêtent (statistiques, psychologiques, historiques, professionnelles…), agrègent toujours des phénomènes différents, qui relèvent simultanément de ces différentes conceptions. L’objectif du Temps des Médias 3 n’est pas – qui le pourrait ? – de faire le tour de ces définitions, mais plutôt de proposer un panorama de différentes approches de ces questions, renouvelées par les derniers travaux de recherche, et qui, par delà des terrains et des conceptions différentes, nous interpellent.